Carnet de voyage

Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

2897 vues | 25 mai 2021

Émeline et moi sommes deux amies de longue date. Nous avons déjà pas mal baroudé ensemble. La Réunion durant 7 mois, l’ile Maurice, Rodrigues, la Thaïlande, le Népal (2 fois), l’Andalousie, un roadtrip au Portugal, des capitales européennes … Bref, on se connait très bien et, malgré nos karmas parfois hasardeux, nous aimons nous retrouver au moins une fois par an pour nous évader. Nos escapades ne sont jamais de tout repos. Les transats et le monoï ne sont pas trop notre style. Nous aimons sortir de notre zone de confort et vivre de vraies expériences, en se rapprochant un peu du concept de slow travel.

Par

2020, pandémie oblige, cette fois on voyage en France !
L’idée de réaliser le tour du Finistère en vélo est sortie un peu de nulle part. Seule condition, il fallait de l’eau. Ma région préférée en France étant la Bretagne, et sachant qu’Émeline, elle, ne la connaissait pas, nous nous sommes dit « banco ! ». Un poil maso’, nous avons décidé de mettre un peu de piment en incluant la petite reine pour rythmer notre séjour !

Un peu plus de blabla pour les plus curieux …

L’organisation n’étant pas notre fort, nous avons validé notre destination quelques semaines avant de partir, sinon ce n’est pas drôle. Il a fallu trouver dans l’urgence l’endroit d’où partir, et cela dépendait du lieu de location de nos vélos.

Une fois n’est pas coutume, la chance est avec nous. Un magasin de vélo avec le matériel adéquat se trouve à Bénodet, une ville côtière au sud de Quimper dans laquelle une amie commune travaillait à l’époque. Nous ferons d’une pierre deux coups : location des vélos et hébergement !

L’objectif est donc de réaliser le tour du Finistère en vélo en partant de Bénodet jusqu’à … Bénodet. Il faut bien ramener les vélos !
Le but n’étant pas de se dégouter à vie du vélo, nous n’avions pas d’objectif à la journée. Nous roulions le maximum, mais si l’une d’entre nous en avait marre, nous nous arrêtions au premier camping sur notre route. Un joker « train » était aussi possible, si les jambes ne suivaient pas…
Spoiler alerte, nous ne l’avons pas utilisé !

00
Jour 0 – Finistère, nous voilà !

Départ le 24 août 2020 au petit matin, de Roanne, en voiture. Direction la Bretagne. 8h30 de route minimum en perspective… Un plaisir… Mais Émeline est survoltée et ne tarde pas à ambiancer la voiture avec sa meilleure playlist. Nous faisons profiter quelques covoitureurs et autostoppeurs de nos goûts musicaux.

Nous arrivons à Bénodet en milieu d’après-midi. Pas le temps de niaiser, il faut récupérer les vélos !

Épuisées par la route, nous nous couchons tôt. Nous ferons la fête avec notre amie au retour !

jour-0-tour-du-finistere
Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

Location vélo à Bénodet : 77€ / personne pour 10 jours
Comprenant : vélo + sacoches + kit de réparation + pompe.

Possibilité de laisser la voiture garée à côté, sans problème, dans la rue qui est gratuite.

Jour-1-bac-traverse-de-l-ile-Tudy-a-Loctudy

01
Bénodet – Camping de la Torche à Penmarc’h

Départ de Bénodet sous une jolie pluie bretonne. Direction Sainte-Marine ! (Ça ne s’invente pas). Un joli village de pêche.
L’avantage du vélo c’est qu’avec le vent, on sèche plutôt vite ! Attention à ne pas prendre un rhume au passage … Nous continuons notre route jusqu’à l’île-Tudy où nous prenons « le bac » pour descendre à Loctudy.

jour-1-apres-Sainte-Marine-sous-le-beau-soleil-de-Bretagne...
Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

La véloroute passe par Le Guilvinec, village aux volets bleus et aux énormes massifs d’hortensias et d’agapanthes. Magnifique !
Nous arrivons à la pointe de Penmarc’h et son phare, avant de planter notre tente au camping de la Torche, un camping de surfeurs à proximité du spot.

Camping de la Torche :
Location d’un emplacement avec tente pour 2 personnes : 17,50€
Piscine chauffée couverte.
Quelques restaurants accessibles à pied en bord de mer.

Jour-2-Audierne-au-dessus-du-port

02
Camping de la Torche à Penmarc’h – Camping Naéco à Audierne.

Poursuivant notre itinéraire sur la véloroute, nous passons devant la chapelle Saint-Vio, puis à Plovan. Les jambes plutôt légères en ce deuxième jour, nous continuons notre route sur un bon rythme et remontons toute la baie d’Audierne jusqu’au bord, puis serpentons dans les villages bretons en pierre et joliment fleuris.

Camping Naéco :
Location emplacement : 15€.
Camping difficile à trouver (le GPS n’emmène pas au bon endroit), en haut d’une forte côte, près d’un des 2 collèges.
Pas de restaurant à proximité, il faut redescendre en ville.

Camping de la Torche à Penmarc'h - Camping Naéco à Audierne.
Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline
Camping de la Torche à Penmarc'h - Camping Naéco à Audierne.

03
Audierne – Douarnenez

« Jusqu’ici tout va bien… »

Après une nuit paisible, nous enfourchons pour la 3ème fois consécutive nos montures. Notre motivation ne baisse pas ! Enfin, jusqu’à ce qu’il se remette à pleuvoir…
Attention, en vélo, après Audierne, la voie verte vous fera passer par la plage (mauvaise idée en temps de pluie !!!). Nous mettons pied à terre sur cette portion et devons chercher de quoi rincer nos vélos du sable collé partout. La propriétaire d’un resto fermé nos donnera des seaux d’eau.

Une fois les roues sur un sol dur, nous continuons et enchainons avec la pointe du Raz où vous trouverez quelques restaurants et épiceries pour vous ravitailler.

La véloroute s’arrête à la Pointe du Raz. Nous continuons notre route en passant par la baie des trépassés, puis par la pointe du Van.

Audierne - Douarnenez
Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

Après la pointe du Van, nous entamons une partie de départementale longue et toujours toute droite, le vent de face… Les jambes ont tenu, mais la fatigue commence à se faire sentir !

Nous arrivons à la pointe du Millet, qui vaut le détour ! Pause « Instagram » avec quelques clichés de son petit moulin toujours en activité. Vous avez la possibilité d’acheter différentes farines produites au moulin, mais gardez en tête que chaque kilo compte pour ce genre de périple ! En revanche, une bonne petite crêpe, elle, ne se rate pas !

Plusieurs campings – Beaucoup de restaurants au port.

Audierne - Douarnenez

04
Douarnenez – Crozon

Nous sortons la carte IGN qui offre le meilleur parcours pour cette étape.
Sur la route, nous nous arrêtons à la Cidrerie de Telgruc-sur-mer qui mérite le détour : la Cidrerie de Rozavern qui proposent des dégustations et de la vente.
Pourtant très raisonnables lors des dégustations, nous avons fait pas mal de détours sur cette étape. Nous arrivons malgré tout à Crozon !
Vous trouverez un magasin de vélo pour vos éventuelles réparations, ou autres, à l’entrée de Crozon.

Douarnenez - Crozon
Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

Camping de la presqu’île :
16€ l’emplacement pour 2 personnes.
Piscine chauffée.

Douarnenez - Crozon

05
Crozon – Brest

Nous aurions pu prendre la direction de Brest immédiatement, mais la presqu’île vaut le coup d’œil. Il nous faudra bien toute la journée pour en faire le tour. Comme beaucoup de villages en Bretagne, celui de Mograt, proche de Crozon vaut vraiment le détour.

Nous enchaînons ensuite sur le Cap de la Chèvre, le Tas de Pois, la Pointe de Pen-Hir (spot d’escalade), Camaret (restaurant+++), la Pointe de Roscanvel.
Brest nous tend les bras ! Pour cela nous reprenons pour la deuxième fois le « bac », au port de « Le fret » : 14€/personne l’aller. Il y a un peu d’attente, alors direction le troquet du coin !

Auberge de jeunesse à Brest :
Bien pour pouvoir laver et faire sécher les vêtements, mais éloignée de la ville et un peu glauque.
21€/personne. (Cher)

Crozon - Brest

06
Brest – Lampaul Plouarzel

Nos affaires propres et sèches, nous quittons Brest et notre auberge (que nous ne regretterons pas…) et mettons le cap vers la pointe Saint Mathieu, célèbre pour son grand phare et son église éboulée. Le cadre est fantastique et hors du temps.
Après la visite des lieux, direction le Conquet.
Suite aux conseils d’un groupe de cyclistes, nous nous arrêtons à la pointe de Corsen : pointe la plus à l’ouest de la France, où la Manche et l’Atlantique se rencontrent. Le bout du bout !

Nous avons pu profiter d’un sublime couché de soleil avant de rejoindre notre tente !

Aire de camping sans service :
5€ la nuit avec jeton eau chaude.
Face à la mer.
Très beau couché de soleil.

Brest - Lampaul Plouarzel

07
Lampaul Plouarzel – Presqu’île Sainte Marguerit

Après notre soirée romantique là où la terre se finit (Finistère), nous nous engageons à nouveau sur les véloroutes naïvement, sans trop savoir ce qui nous attendait : la remontée des Abers.
Un aber c’est un estuaire qui entaille la côte. L’aber Benoit et l’Aber Wrac’h sont séparés par la presqu’île Sainte Marguerite.
À vol de mouette il faudrait 15 minutes, mais par la route et en vélo, comptez bien 2 heures. Et croyez- nous, la route n’est pas plate du tout !

Lampaul Plouarzel - Presqu'île Sainte Marguerit
Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

Camping des Abers : 26€ l’emplacement.
Pas de piscine, mais accès direct à la plage.
Loin des villages pour trouver une supérette.
Petite supérette dans le camping.
Attention aux horaires hors saison.
Magnifique couché de soleil sur la plage du camping

Presqu'île Sainte Marguerite – Plouescat

08
Presqu’île Sainte Marguerite – Plouescat

Les courbatures des premiers jours se sont envolées. Mais nos fesses souffrent !

Nous quittons Plouescat et passons par le village de Menez Hamm où se trouve le célèbre abri côtier construit entre deux gros blocs de rochers. Magnifique.

Camping la baie du Kernic:
16€ l’emplacement.
Piscine intérieure et extérieure, jacuzzi.
Pizzeria dans le camping
Restaurant accessible à pied.
Plage à côté.

Jour-8-phare-de-l-ile-vieille

09
Plouescat- Carhaix (sortie ville)

Levées aux aurores, nous arrivons assez rapidement à Roscoff. Première grosse ville que nous traversons depuis 1 semaine.
Nous prenons le bac pour rejoindre l’île de Batz, qui se distingue au loin depuis l’embarcadère.

Roscoff est une ville très touristique, balnéaire mais pleine de charme. Nous en profitons pour faire une petite virée sans vélo.

Finie la balade ! Nous retrouvons nos vélos et les itinéraires dédiés à la petite reine ! C’est le début de la Vélodyssée (qui va jusqu’à Hendaye) que l’on va suivre toute la journée. Notre itinéraire nous fait passer par Carhaix, où les panneaux jouent à cache-cache… Les détours nous font de moins en moins rire, mais ça fait partie de l’aventure !

Pour finir en beauté la journée, nous faisons du camping sauvage le long de la voie verte, peu après Carhaix. Joli petit spot à côté de la rivière, dans un champ clôturé. Parfait pour un bivouac la veille de notre retour au point de départ !

C’était sans compter sur un cri de… sanglier, au moment de se coucher ! Avec notre tente sous un chêne, la nuit ne fût pas la meilleure du séjour ! Même si l’animal n’est pas venu nous rendre visite.

10
Carhaix – Bénodet

Heureuses et tristes en même temps de reprendre la route pour notre dernière journée, nous laissons place nette pour rejoindre la voie verte qui nous ramènera à Bénodet.
Une dernière étape le long de la voie verte, aménagée sur les anciennes voies de chemin de fer qui reliaient Carhaix à Rosporden. Du tout plat pour finir tranquillement. Enfin tranquillement…
Carhaix-Morlaix : 40km, Morlaix-Rosporden : 50km, puis après Rosporden, direction Concarneau, arrivée à Bénodet : 120km dans la journée. Cette dernière étape fut très longue !!


Équipements pour une itinérance en vélo

Liste d’équipements

  • Vélo
  • Casque
  • Lunettes de soleil + Crème solaire à ne pas oublier !!
  • 2 sacoches arrieres
  • 1 sacoche guidon
  • 1 sac camelback
  • Niveau vestimentaire :
    • Un cuissard de rechange
    • Trois tee-shirts de sport
    • Un tee-shirt pour le soir
    • Une polaire pour le soir
    • Un pull de sport plus chaud
    • Un K-Way réfléchissant si possible, ou goretex.
    • Un legging / jogging pour le soir
    • 3 paires de chaussettes et sous-vêtements.
    • Une paire de tong
    • Une paire de baskets pour la journée
    • Serviette microfibre
    • Maillot de bain
    • Une petite robe / Short, pratique en camping
    • Buff (tour de cou)
    • Tente
    • Popote + petite bonbonne de gaz et une recharge.
    • Duvet + sac à viande
    • Trousse de toilette
    • Tente de rando 2 places dans un sac étanche fixé par tendeurs sur les sacoches.
  • chargeur
  • portable
  • liseuse, papier… Facile à décrocher et emmener lorsque l’on s’éloignait des vélos et moins lourd que des livres.
  • 2/3 Gourdes
  • Nourritures pour 1 ou 2 jours. Vous pourrez vous ravitailler sur la route.

La tente de rando a l’avantage d’être vraiment petite et légère, mais en itinérance vélo elle l’est peut-être un peu trop. S’il fait beau ça ne pose pas trop de problème, en cas de mauvais temps ça peut devenir compliqué pour protéger les affaires de la pluie : c’était un peu « Tetris » les soirs pour protéger un maximum d’affaires.

Chacune un sac à dos pour les affaires de la journée et le camelback.

Celle qui portait la nourriture ne portait pas la tente + popote.

Une sacoche accrochée à l’avant avec porte carte. Dedans : chargeur, portable, barres de céréales, liseuse, papier… Facile à décrocher et emmener lorsque l’on s’éloignait des vélos …


Budget de notre tour du Finistère à vélo

Il faut compter entre 500 et 700€ par personne pour 10 jours d’itinérance.

Nous ne nous sommes pas limitées sur le budget, sachant que nous faisions tous les jours au moins un restaurant, soit à midi, soit le soir. Luxe !

Poste de dépensesMontant
Dépenses courante

Comprenant le camping
le repas du midi
le repas du soir
pause bière
Perrier tranche de 16h.
40€
/jour max par personne
Carte IGN : 26€
Location vélo
pour 10 jours de location
 77€/personne

Saison pour un tour du Finistère à vélo

Fin août, début septembre. Malgré le petit crachin breton (voire grosse pluie le 4ème jour), nous avons globalement eu beau temps, et surtout personne sur les routes. Très appréciable en vélo.
Attention tout de même en fin de saison touristique, les voies vertes faisant passer loin des grosses départementales et des gros villages/petites villes, nous avons parfois eu du mal à trouver des épiceries ouvertes.


Pour continuer votre lecture sur PE

Retour d'expérience personnelle

2897 vues |

Auteur :

|

◦ Avantages de la Bretagne en vélo :
Les restos et les boulangeries qui, en cas d’hypoglycémie, requinquent en 2 secondes !! La nourriture est vraiment bonne.
Très beau et sauvage.
Quand on est voyageur en vélo, les gens veulent tout de suite vous aider.

◦ Inconvénients :
En réalité, et peut être avec un peu de mauvaise foi, nous n’en avons pas trouvés. « La Bretagne ça vous gagne ! »
L’eau était trop froide pour se baigner en cette période, mais pas pour Émeline !

C’était la première fois que l’on faisait du vélo, et c’est sûr : la Bretagne ce n’est pas plat du tout !
Dans une montée où l’on a dû mettre le pied à terre, à cause d’un doux cri sortant de notre corps, on nous a répondu qu’à cet endroit-là c’était plus pentu que le mont Ventoux… À vérifier !
À refaire sur une autre région.

Note de sinternautes pour  Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

Donnez votre
avis sur cet article !

Note moyenne des internautes :

Voir aussi

Zone de commentaires partir en europe, visiter l'europe, visiter londres et Berlin

Partir en Europe > Tour du Finistère à vélo avec Marine & Émeline

Poser une question

Vous allez Partir en Europe
et vous avez une question ?
J'y répondrai.

Rédigez ci dessous votre question*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Combien font :
12 + 9

(Pour vérifier qu'il ne s'agit pas d'un robot qui saisit le formulaire)